Rechercher

26 octobre 2020 : Être avant de faire


« Être » avant de « faire ».... C’est ainsi le chemin entrepris. Tranquillement. Lestement. J’ai souvent l’impression d’avoir besoin de temps pour oser. De temps pour expérimenter. De temps pour réfléchir. De temps pour écrire. De temps pour privilégier la qualité plutôt que la quantité. De temps pour cultiver la présence plutôt que la compagnie. De temps pour assumer ma singularité plutôt que de la fuir. Prendre le temps. Tout simplement. Sans que ce soit simplement simple.

.

Il m’arrive alors de me sentir coupable de « prendre le temps » alors que j’ai des choses « à faire ». Je me questionne, je rumine, je doute, je vacille... pour finir par me comparer à l’autre. Je compare l’incomparable. Je m’émerveille et me réveille. Je me réveille. Je me susurre que ce désir puissant « d’être » est l’étincelle qui me mène sur un parcours intime d’une essence indicible. D’une valeur inédite. Bien au-delà des standards de réussite que l’on nous érige pour nous propulser sans fin dans cette course effrénée, insipide. Nous avons été docilement conditionnés pour devenir des êtres du « faire ». Dans cette mer de conformisme, nous avons été habitués à nous évaluer à la lumière de notre productivité, de nos avoirs, de nos diplômes, de notre statut. Moi, je veux simplement être.

.

Être assise pour percevoir le monde. Devenir consciente des détails. Sentir avec une humilité rafraîchissante que je suis un détail parmi les autres. M’abandonner dans l’immobilité et le silence pour créer à partir de l’intime. M’offrir de l’amour sous forme de compassion pour pouvoir aider en retour. M’accepter dans mon essence pour divulguer ma différence.

.

Laissons-nous inspirer par ce désir « d’être ». Laissons-nous expirer par ce besoin d’espace. Pour enfin trouver sa place.

Ayons le privilège de prendre le temps « d’être » alors qu’il y a tant de choses à « faire ».



14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout