Rechercher

6 février 2021, Apprendre à attendre, attendre et apprendre




Dans un monde qui fait l’éloge de la vitesse, il est possible d’expérimenter la lenteur dans la rapidité. D’apprivoiser la patience. La patience est une appétence qui s’apprend. Elle consiste à accepter que les évènements se déroulent à leur propre rythme. Patiemment. Cette période met notre patience à rude épreuve. Les situations stressantes ne manquent pas. Nous sommes amenés à être dans l’urgence. Nous générons des émotions de peur, de colère, d’anxiété face au temps qui nous file entre les doigts, comme du sable. La patience est présente pour nous calmer. Nous border. Nous rassurer. Elle consiste à savoir faire la différence entre ce que nous pouvons réellement contrôler et ce sur quoi nous n’avons pas de prise.

.

Nous devons apprendre à patienter. Demeurer immobile, en silence, patiemment. Attendre que l’averse passe, que le blocage s’ouvre, que la perspective se libère. Jusqu’à tout récemment, j’ai voulu aller trop vite jusqu’à m’en épuiser. Je n’ai pas écouté mon corps qui avait besoin de patience pour guérir. J’ai lutté, impatiemment. En retrospective, je ne peux que constater combien j’ai perdu d’énergie. Combien j’ai adopté une posture qui n’a pas fait fleurir mon corps. Je n’ai pas su appelé ma patience. Car j’avais peur d’être dans l’inertie. Peur que ma patience m’empêche. Et pourtant la vie coule et nous avons la possibilité de choisir l’acceptation. Cette acceptation change tout. Elle nous offre la libération. Nous accueillons les épisodes comme des expériences. Nous choisissons de ne pas juger ce qui nous arrive. De ne pas le classer comme quelque chose de mauvais pour nous. Comme une forme de résilience qui demande du temps. De la patience. Nous pouvons chercher à comprendre ce que la vie cherche à nous dire, à nous faire entendre. Les messages cachés. Nous arrêter. Percevoir que nous sommes invités à évoluer au-delà de l’action.

.

Je nous invite alors à ralentir, patienter, faire confiance. Nous faire confiance patiemment. Dans l’immobilité, l’attention, la justesse, l’intention. En cultivant une attitude plus souple, moins structurée, plus pondérée. Et nous permettre d’oser le « rien » pour revenir au tout.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout