Rechercher

6 avril 2020 : L’humilité, ce grand coeur de petit




Sommes-nous si honorables parce que l’on a choisi l’humain, le solidaire ou le soin ? Je crois bien que c’est l’inverse qui est anormal, qu’une société qui chante ce type de louanges est bien malade. Personnellement, je préfère choisir l’HUMILITE.

.

L’humilité... Celui qui se vanterait de la sienne montrerait simplement qu’il en manque. L’humilité rend les vertus discrètes, presque déniées. L’humilité n’est pas le mépris de soi, c’est un mépris sans méprise. L’humilité n’est pas l’ignorance de qui nous sommes, mais plutôt la connaissance, la reconnaissance, de tout ce que nous ne sommes pas. L’humilité n’est pas dépourvue d’amour propre ni de fierté. L’humilité annule le besoin de se leurrer ou de leurrer l’autre. L’humilité va à rebours de notre soif naturelle de reconnaissance, de considération. L’humilité c’est ce qui nous rend purement humain.

.

Seul un voyageur qui se sait pauvre peut oser appeler et oser recevoir. Toujours itinérante, cette amoureuse humilité envoie à toutes les grandeurs de l’humain.

Elle est ce sel que nous ne consommons pas tout seul, mais sans lequel rien n’aurait de goût. Et, comme le sel, c’est elle qui conserve le reste.

Avec elle, l’égo s’aplatit, le JE se transforme en NOUS, le hasard se substitue au talent, le sourire devient confus, la gratitude et la gêne ne font qu’un. L’humilité va de pair avec l’amour. C’est le complément de l’amour.

.

Gardons en nous ce coeur de « petit ». Cette humilité d’être grand à l’intérieur et petit devant l’autre.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout