Rechercher

17 mai 2021, Par-delà le silence


. Année après année, le silence s’est installé. Résidu de la peur et de tout ce qui est douloureux. Il en est d’autant plus lourd. Alors je ne disais rien. Je m’emmurais. Je m’engouffrais dans la discrétion. Invisible, je me taisais pour ne pas rendre réel la vérité. Pour ne pas avoir à dire les choses. Pour étouffer ce que je croyais ignorer. Pour ne pas m’entendre prononcer les mots qui devenaient impossibles à confier. Pour rester dans l’ombre et ne pas m’autoriser la lumière. Une manière de surmonter silencieusement l’insurmontable.

.

Rester dans le silence par peur de ne pas être entendu. Considéré. Reconnu. Alors ce silence perdure. L’intérieur de notre âme s’affaisse lentement sous le poids de l’emprise. À force, le temps fini par écorché l’âme pour finalement la rendre bien plus forte. Car nous nous méfions pas assez des âmes qui semblent tout accepter, tout supporter en silence. Parfois même en souriant. Ce sourire à fleur de larmes. Celui qui devient notre plus belle arme. Notre docilité paraît sans limite. Notre tolérance immuable. Notre tempérance inépuisable.

.

Puis un jour nous nous réveillons. Notre âme s’élève pour libérer les maux à travers les mots. Tout devient définitif. Assuré. Vif. Personne ne peut nous retenir. Intérieurement, nous avons déjà fait un grand chemin. Nous ne sommes déjà plus là lorsque nous prenons la décision de nous envoler. Si

.

Nous sortons du silence. Nous nous éveillons. Pour que la chrysalide devienne enfin un papillon.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout