Rechercher

14 janvier 2021, Par l’émoi d’amour


Au cœur du temps, mon triste cœur a su trouver les pansements. Je pense et repense. Je me souviens. Derrière mon large sourire se cachait une profonde tristesse. Je me souviens m’être emmurée dans le silence. Je me souviens ne pas vouloir inquiéter. Alors je continuais à sourire en me promettant qu’un jour il deviendrait vrai. Q’un jour je me libérerais. Pour que mon coeur triste puisse être écouté, accompagné, consolé sans être nié. J’ai décidé de panser aujourd’hui pour penser demain. De regarder les ombres pour m’offrir un nouveau chemin. D’ouvrir mon regard à ceux qui me tendent la main. La main de cette amie, celle qui est loin et toujours là pour moi. Et reconnaître que ma résilience deviendra ma force. Simple, dépouillée de tout artifice, logée en moi. Pour aimer. Émoi.


Peu à peu, j’ai revisité mes tristesses trop longtemps niées, non assumées. Peu à peu, l’inventaire diminuait. Peu à peu, je suis devenue plus habile à offrir qui je suis vraiment. Le coeur battant. Vibrant de joie et de tristesse. Il faut de la tristesse pour mieux comprendre l’amour. Il faut de la mélancolie pour divulguer sa créativité au grand jour. La tristesse aide à se regarder dans l’âme. Elle n’est pas synonyme de vacarme. Notre coeur tend la main à la tristesse. Car elle est puissante. Nécessaire. Percutante.

À l’instar des autres émotions, la tristesse se déploie. Nous avons la gorge qui pique, la poitrine qui se serre. Les sanglots libèrent la tension. Nous sentons les larmes couler sur nos joues. Chaque image a besoin d’être pleurée pour que le trou soit refermé. Une fois tout le tissu recousu, la tristesse peut s’apaiser. Tel un passage transitoire préparant à une nouvelle situation.


La tristesse me fait faire un travail de réparation. Tel un tissu troué. Le tissu de la relation où les souvenirs ont besoin d’être raccommodés. En regardant chaque trou causé par la perte, des images reviennent et mes larmes coulent.

Ma tristesse me permet d’ourler les contours. D’arrêter les fils pour que mon tissu ne se défasse plus. Pour enfin me parler d’amour.


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout